Agence Nationale de l'Aviation Civile et de la Météorologie

LA SURETE DE L’AVIATION CIVILE, C’EST L’AFFAIRE DE TOUS

Vision de l'ANACM
Le transport et la logistique aux Comores


Nous devons œuvrer plus efficacement pour un transport à l’image des Comores modernes et prospères, Hub économique et un pôle Océan indien du Commerce et des services basé sur la commodité, la pertinence, l’efficacité, l’innovation et la bonne gouvernance.


Un réseau de transports durables, vrai moteur de développement qui permettra le désenclavement des régions de l’intérieur et des périphéries de nos îles, ainsi que l’intégration sociale, garant de la qualité de vie de nos concitoyens dans le présent et pour les futures générations.


Le secteur du transport aérien est l’un des secteurs névralgiques qui conditionnent le développement et la croissance économique d’un pays. Il est doté d’une connotation stratégique de catalyseur de développement et de facilitateur de la mobilité des personnes et des biens en vue d’assurer l’efficacité de la chaine de production (ressources, production, consommation), renforcer la cohésion, assurer et renforcer la compétitivité à l’échelle régionale et internationale.


Aceci s’ajoute son rôle social comme étant un facteur favorisant l’intégration et l’amélioration des conditions de vie des citoyens en termes de disponibilité des services de transport, d’accessibilité, de qualité et de proximité des zones d’habitat et d’activités comme générateur d’emplois. Les politiques de transport adoptées en Union des Comores doivent se baser sur un cadre législatif et règlementaire amendé, etoffé et des entreprises publiques, notamment dans le domaine du transport aérien qui contribuent à la mise en œuvre de ces politiques. Certaines entreprises sont déjà engagées dans l’export de leurs expertises et savoir-faire dans les domaines de transport et d’autres s’apprêtent à le faire.


Les problèmes actuels liés au développement économique, à l’équilibre régional et à l’intégration sociale ont montré que les politiques publiques nationales adoptées sont devenues caduques et ne répondent plus aux exigences actuelles ni aux besoins futur de développement économique et d’épanouissement social. C’est le cœur de la problématique de l’Union des Comores.


De ce fait et malgré les mutations politiques et économiques dans le pays depuis 2006 et la conjoncture nationale et régionale décadente, le secteur du transport est appelé à contribuer davantage à la croissance et à la la création d’emplois. Il doit faire preuve de dynamisme pour atteindre des niveaux de performance et de compétitivité encore plus élevés.


La politique d’investissement doit se renforcer à la suite de la nouvelle gouvernance avec la nécessité de désenclaver les régions de l’intérieur des îles. Pour ce faire, plusieurs projets doivent être engagés, à l’instar des projets de renforcement et de réhabilitation du réseau routier, d’adaptation des plates-formes aéroportuaires et portuaires, le renouvellement et la mise en place d’une flotte de transport aérien moderne et durable.

Depuis l’installation du nouveau gouvernement, l’ANACM a mis l’accent sur la révision du cadre règlementaire de la sécurité aérienne et la mise en œuvre d’un système de contrôle performant qui améliore les opérations. L’Agence a également engagé les procédures relatives à l’amélioration de la qualité de service dans les aéroports des Comores et au renforcement du système de sécurité, de sureté, du sauvetage, ainsi que la sécurité des aéroports et la gestion des bagages.


Au niveau du transport maritime, les actions doivent se porter sur le renforcement de la sécurité et de la sûreté au niveau des ports et me renforcement du réseau de transport maritime par le lancement d’une compagnie maritime nationale mixte. Installer les lignes au-delà des îles vers l’Afrique de l’Est et Madagascar dans un premier temps.


Les nettes améliorations constatées avec la nouvelle gouvernance va accentuer le service de qualité et d’équipement. Ce sont des indicateurs relatifs à l’activité économique, notamment pour l’augmentation de l’activité des navires.


Défis et vision stratégique du secteur du transport


Pour jouer un rôle socio-économique et devenir un moteur de croissance pour l’Union des Comores, le secteur Transport et Logistique doit s’ouvrir sur les autres secteurs, afin de permettre une intégration dans les chaines de valeurs régionales et internationales. Et ce, à travers l’optimisation et ou le développement de nouveaux services d’infrastructures et d’affaires à même de renforcer la compétitivité globale de l’économie nationale.


A cet effet, le ministère des transports devrait élaborer une nouvelle stratégie du secteur du transport et de la logistique pour la période 2016-2021 en vue d’assoir un système de transport global, intégré et coordonné pour soutenir le développement économique et social du pays et répondre aux exigences d’accessibilité, de disponibilité, de qualité, et de sûreté du transport des personnes et des bien tenant compte des autres exigences de développement urable et de protection de l’environnement.


Cette stratégie valorisera la position du secteur transport et logistique comme un « backbone » du futur modèle de développement économique du pays qui appuiera la mise en œuvre d’un développement inclusif et durable à côté d’autres secteurs transversaux comme la Finance et les TICS. Un nouveau plan directeur national de transport à l’horizon 2030 est en cours d’élaboration suivant une approche participative, intégrant tous les acteurs du secteur.


Ce nouveau plan se base sur :


La pertinence et l’efficacité du transport à travers la coordination avec les orientations de l’aménagement des logistiques et les orientations sectorielles.


L’innovation, la modernisation de la planification, la gestion durable et la sécurité du réseau de transport par le biais d’un transport aérien, maritime et terrestre durable, intelligent et de qualité.


La fluidité et la complémentarité du système de transport à travers une étroite coordination entre les différents modes de transport.


Les orientations stratégiques prévues pour le plan quinquennal 2016-2021 devraient avoir pour objectifs :


L’instauration de la bonne gouvernance et mise à niveau du système de transport à travers une planification durable, une gestion efficace, moderne et un système de veille continue de l’efficacité de la sureté et de la sécurité englobant un système de réponses aux actes illicites et de terrorisme à travers la stricte application du programme de la sécurité et de la sûreté aéroportuaire et maritime ;


La veille au désenclavement de nos îles à travers le développement d’un service aérien continu, fiable aux tarifs préférentiels. Un service de référence et de confiance pour que l’usager reprenne confiance pour que le commerçant puisse compter sur ses déplacements, que le visiteur soit garanti de voyager. C’est renforcer l’intégration sociale et améliorer la qualité du transport, son accessibilité par l’amélioration et le renforcement du transport public collectif et l’établissement des plans directeurs de transport : le droit à un transport décent pour tous, étant un principe directeur.


Promouvoir l’image de l’Union des Comores en tant que Pôle international Océan Indien du commerce et des services par la création d’un réseau de plateformes logistiques connectées aux aéroports.


Le plan quinquennal de développement

Un programme ambitieux

Pour atteindre ces objectifs, un plan ambitieux de développement quinquennal devrait être élaboré. Il serait marqué par un taux de croissance annuel de 5% et un volume d’investissement de 19 milliards KMF avec une contribution du secteur privé prévue de 37%. La grande part de ces investissements serait le futur.


En matière de transport aérien :

Le plan quinquennal prévoit le renforcement et la modernisation des infrastructures aéroportuaires. A cet effet, une étude concernant l’Aéroport international est en cours d’élaboration pour la modernisation et la réunification des deux aérogares par un seul concept. Le plan intègre également le renforcement de la flotte de transport disponible par un ^partenariat avec une compagnie internationale de renom et la mise en place de trois avions pour le service inter-îles et régional et un service international. D’où la création de la compagnie aérienne nationale en partenariat avec une compagnie aérienne étrangère de renom.


Les projets seraient réalisés dans le cadre du partenariat public-privé, les bailleurs de fonds (AFD, KFW, BEI, UE, Banque Mondial, Banque Islamique, donateurs pays arabes).


A travers ce programme ambitieux de grands projets structurants, le ministère des transports devrait opter pour une nouvelle vision intégrale qui considèrerait les réseaux de transports en coordination avec les différents secteurs d’activités et en corrélation, notamment avec l’aménagement du territoire, comme étant l’épide dorsale du développement durable, de l’intégration régionale, de la cohésion e de l’équité sociales en Union des Comores.




Mohamed Chanfi Ahmad